Biographie vosgienne

Jacques Eugène Édouard LAILLET
 
  Nouvelle recherche
 

Dictionnaire des Vosgiens célèbres

LAILLET (Jacques Eugène Edouard), ingénieur, écrivain

Bains, 20 mars 1853 - ?


Après s’être illustré en 1871 en combattant les Prussiens devant Epinal, il entre à l’école centrale en 1873, il est ingénieur en 1876 et est envoyé à Madagascar créer une usine pour une entreprise de Marseille. Il est chargé par le gouvernement d’explorer la côte est de l’île : il consigne les résultats de ses travaux dans Renseignements utiles sur Madagascar, Les ports et mouillages de la côte est de Madagascar en 1877 et il établit les projets pour la création des ports, docks et phares de Tamatave et Majunga. Il dirige avec son beau-frère, L. Subervie, des exploitations aurifères avant de revenir en France construire avec son ami, l’ingénieur Paul Leprince, une usine modèle à Raismes (Nord) pour livrer au commerce des cafés verts ou torréfiés grâce à des appareils de leur invention.

Fondateur et président d’honneur de la société des colons de Madagascar, il est aussi le fondateur du syndicat de la presse coloniale française et celui du journal L’Expansion coloniale. Il préside le conseil d’administration du Progrès de la Somme, journal républicain du département.

Il est l’auteur de La France orientale, L’Ile de Madagascar (1884) et d’une carte de Madagascar au 1/5.000.000e (1884) et d’un au 1/1.000.000e (1889, 2e éd. 1895).

Il publie également des ouvrages romanesques inspirés par son séjour outre-mer : L’Ami Grandfricas, Le Mariage de Robinson (1888), Rires aux larmes (1893), Les Revanches de la vie, Contes et Nouvelles (1890).

Membre de la Société des gens de Lettres, il est officier de l’Instruction publique.


Bibl. : Jouve (H.).- Dictionnaire biographique des Vosges.


[Albert Ronsin].