Biographie vosgienne

Georges BAUMONT
 
  Nouvelle recherche
 

Dictionnaire des Vosgiens célèbres

BAUMONT (Georges), professeur de lettres, bibliothécaire, historien
(Granges-sur-Vologne, 22 novembre 1885 - Nice, 16 mars 1974)

Il naît au hameau de Berchigrange où son père est instituteur. Après l'école primaire, suivie sous l'autorité du père, il entre en 6° au collège de Saint-Dié en octobre 1897 où il se révèle un brillant élève. De 1904 à 1906, il est en 1ère supérieure au Lycée Poincaré et dans le même temps suit des cours à la Faculté des Lettres de Nancy. Licencié ès lettres en 1906, il accomplit aussitôt son service militaire au 149° R.I. à Épinal. Il est libéré en août 1907 avec le grade de sergent.

De retour à l'Université comme boursier d'agrégation en novembre 1907, il termine en 1908 un diplôme d'études supérieures. Puis il obtient à partir de 1909 des postes dans l'enseignement secondaire : suppléance au collège de Lunéville, maître d'internat à Nancy (octobre 1909), répétiteur à Épinal, puis professeur remplaçant à Pontarlier. En octobre 1911, il est nommé au collège de Saint-Dié où il enseignera littérature française, latin et grec jusqu'en 1948, avec la seule interruption de 1914 à mars 1919.

Mobilisé au 3° B.C.P., il est deux fois blessé, hospitalisé puis, inapte à l'infanterie, affecté dans des bureaux du ministère de la guerre et au camp d'aviation de Bron. Sa conduite en 1914 et 1915 lui vaut la médaille militaire et la croix de guerre. En 1948, retraité de l'enseignement, il entre à la bibliothèque municipale pour succéder à Auguste Pierrot comme bibliothécaire. Durant douze ans, jusqu'en novembre 1960, il procède à du catalogage et à la réforme du fichier manuscrit, mettant son érudition et sa complaisance au service des lecteurs.

En dehors de son enseignement, l'histoire locale tente sa curiosité et il publie de très nombreuses études dans le Pays lorrain, la Révolution dans les Vosges et dans le Bulletin de la Société Philomatique Vosgienne, société dont il fut le secrétaire en 1931, le président en 1932 et 1933. En outre, il publie, en collaboration avec Auguste Pierrot (voir ce nom), plusieurs recueils de documents intéressant l'histoire et les traditions de la région de Saint-Dié dans la Collection des Amis de la Bibliothèque de Saint-Dié : Saint-Dié et ses environs (5 vol.), Iconographie de Saint-Dié. Après la guerre, il écrit Saint-Dié terre brûlée (1945) et surtout Saint-Dié-des-Vosges, origine et développement (1960).

Le 18 avril 1911, il épouse Hélène Lallemand, fille d'instituteur. Trois enfants naissent de cette union :
- Michel (1913), lauréat du concours général en 1929, élève de Normale Supérieure, agrégé d'histoire et de géographie, enseignant en Lycée puis à la Faculté des Lettres de Nice,
- Jacques (1920), professeur de philosophie, puis censeur au Lycée Ampère de Lyon,
- Jean-Marie, ingénieur des Travaux publics.

A la mort de son épouse en 1962, il quitte Saint-Dié pour Rambervillers, puis Nice, afin de résider près de ses enfants.


Bibl. : Martin (G.).- Georges Baumont (1885-1974), suivi d'une bibliographie de ses œuvres, in Bulletin de la Société Philomatique Vosgienne, tome 78, 1975, p. 5-18.


[Albert Ronsin].