Biographie vosgienne

Clémentine DELAIT, née CLATTAUX
 
  Nouvelle recherche
 

Dictionnaire des Vosgiens célèbres

DELAIT (Clémentine Clattaux, épouse) , la femme à barbe

Chaumousey, 6 mars 1865 – Épinal, 19 avril 1939

Mme Delait, la Femme à barbe. Clémentine est le 3ème et dernier enfant de Joseph Clattaux, cultivateur-bûcheron, marchand de boisson, et de Marie Géhin son épouse. Cette fille, active et vigoureuse, reste auprès de ses parents pour les aider dans leur besogne jusqu'à l'âge de 20 ans. Elle épouse alors Paul Delait (Thaon, 25 septembre 1855 - Plombières, 3 avril 1928), boulanger, et le couple va s'établir à Thaon. Déjà le système pileux de Clémentine est abondant sur son visage et elle se fait raser par le barbier depuis l'âge de 18 ans, trois fois par mois, puis tous les jours dix ans plus tard. En 1892, elle ouvre un café, mitoyen de leur boulangerie. Suite à un pari fait le dimanche de Pentecôte 1900, Clémentine décide de laisser pousser sa barbe. Elle est alors une femme robuste de 80 kg tandis que son mari, perclus de rhumatismes, arrête son métier.

La célébrité de la Femme à barbe grandit rapidement dans la région et assure une activité soutenue à son café et dont l'enseigne porte Café de la Femme à barbe. Partie à Paris en 1902 pour visiter la capitale, elle rencontre le directeur du cirque Barnum qui veut l'engager à 2000 francs par mois. Elle refuse à cause de l'état de santé de son mari mais, en 1903, elle accepte à la ménagerie Camiluis d'entrer dans la cage aux lions lors de représentations à la foire à Épinal, à Saint-Dié et à Charmes, au profit d'oeuvres de bienfaisance. En 1904 elle sollicite et obtient l'autorisation de porter des vêtements masculins. La vente de cartes postales la représentant à bicyclette, vêtue en homme, devant son café, lui assure d'importants revenus. Ne pouvant avoir d'enfant, elle adopte en 1919 une jeune orpheline, Fernande, et en 1922 le couple et l'enfant quittent Thaon, où leur maison est expropriée pour des raisons d'urbanisme, et vont s'installer à Plombières, où Paul Delait pourra être traité par les eaux thermales. Clémentine ouvre dans la cité une boutique de lingerie fine et de dentelles, très fréquentée. Elle rencontre à Vittel le roi d'Égypte et celui d'Espagne, à Contrexéville le shah de Perse. Elle décline toutes les invitations à voyager à cause de l'infirmité de son mari.

 
A la mort de ce dernier, en 1928, Clémentine, âgée de 63 ans et pesant 100 kilos, revient ouvrir à Thaon un Palace-Bar où chaque dimanche un orchestre joue. En 1930, libre de voyager depuis le décès de son mari, elle entreprend avec sa fille adoptive, devenue adolescente, plusieurs voyages pour se montrer en spectacle. En 1932, elle est engagée à Londres à l'Olympia pour six semaines, à Paris à Luna Park puis au Marigny, pour quatre mois, à Vichy pour la saison de 1933, enfin en Irlande à Belfast. Souffrant de rhumatismes, elle cesse de voyager en 1934 et les deux femmes se retirent dans un appartement à Thaon, vivant modestement des leçons de violon que donne Fernande. Celle-ci se marie en 1938 avec André Leclerc et tous habitent alors Épinal, place des Vosges, où Clémentine meurt l'année suivante.


Bibl. : Maffeis (M.-A.) : La Femme à barbe, une femme de chez nous ou histoire de Clémentine Clattaux épouse Delait 1865-1939, Thaon-les-Vosges, 1986.


[Albert Ronsin].