Biographie vosgienne

Victor DE PRUINES
 
  Nouvelle recherche
 

Dictionnaire des Vosgiens célèbres

PRUINES (Victor de), industriel
Boisset (Cantal), 30 mai 1809 – Xertigny-Sémouse, 3 juin 1889


En épousant la fille du maître de forges André Hildebrand, il prend la direction d’un important groupe d’usines métallurgiques comprenant les forges de Sémouse et de la Forge Neuve et la manufacture de taillanderie et ustensiles de ménage de Plombières. En 1860, il est choisi comme un des sept représentants de l’industrie métallurgique pour les départements des Vosges, de la Franche-Comté, d’Alsace et de la Côte d’Or lors de l’enquête préliminaire à la signature du traité de commerce franco-anglais.

Il se montre farouchement hostile à l’abaissement des droits de douanes et continue à défendre le protectionnisme à travers la Chambre consultative des Arts et Manufactures de Remiremont qu’il contribue à mettre sur pied dès 1866. Seul propriétaire des usines de Sémouse et de Plombières à la mort de son beau-père en 1862, il leur adjoint en 1880 la tréfilerie du Blanc-Murger (commune de Bellefontaine), dont il relève l’activité chancelante.

Il fait construire au milieu de ses usines de Sémouse un magnifique château dans le style Renaissance, une chapelle privée, des cités ouvrières avec école. Il compte, à partir de 1856, parmi les administrateurs fondateurs de la Société d’exploitation des thermes de Plombières.

Sa carrière politique commence en 1848 avec une élection comme conseiller général du canton de Xertigny. Il conserve son siège jusqu’en 1871 et représente le parti conservateur à l’assemblée départementale. Candidat de droite aux élections législatives de 1849, il est battu et ne connaît pas plus le succès aux scrutins de 1850, 1877 et 1885. Favorable au clergé, il multiplie les legs pieux, fonde 6 lits en 1876 à l’hospice de Xertigny et finance en 1889 la construction de l’église des Aulnouzes (commune du Clerjus).


[Pierre Heili.]