Biographie vosgienne

Charles SADOUL
 
  Nouvelle recherche
 

Dictionnaire des Vosgiens célèbres

SADOUL (Charles), écrivain, ethnologue, conservateur du musée lorrain à Nancy
Raon-l’Étape, 1872 – Nancy, 15 décembre 1930

Il est le fils cadet d’Adrien Sadoul (Raon-l’Étape, 1841 – Raon-l’Étape, 13 septembre 1879), brasseur et adjoint au maire de Raon, conseiller général de 1871 à 1879.

Après ses études secondaires à Nancy, Charles Sadoul aborde les études de droit à Nancy et il obtient son doctorat avec un sujet qui indique déjà son orientation de chercheur lotharingiste : Essai historique sur les institutions judiciaires des duchés de Lorraine et de Bar avant les réformes de Léopold 1er (Nancy, 1898).

Il effectue son service militaire dans l’artillerie en 1893 puis, rendu à la vie civile, il prend un portefeuille d’assureur, mais sa passion le porte aux contacts avec les gens de la campagne et de la ville, où il recueille les usages, les traditions, les chansons, les récits ou fiauves, puis les objets qui appartiennent à ce que l’on nommait alors le folklore régionaliste.

En 1904, il crée Le Pays lorrain, revue régionale bimensuelle à laquelle collaborent écrivains, artistes, historiens, ethnographes, puis en 1906 La Revue lorraine illustrée, sur le modèle de La Revue alsacienne illustrée, qu’il consacre aux villes, aux châteaux.

Nommé conservateur au Musée lorrain le 2 décembre 1910, il y développe le département Arts et Traditions populaires de manière exemplaire. L’essentiel de ses recherches est publié dans les revues qu’il a créées et dans la série L’Art populaire en France, dirigée par son collègue alsacien A. Riff. Mais, soucieux de faciliter le travail des érudits, il s’applique à une tâche ingrate : établir les tables des grands périodiques lorrains publiés par l’académie de Stanislas de Nancy, de la société d’archéologie lorraine, du Pays lorrain, de la société philomatique vosgienne. Il compose le recueil Le Mobilier lorrain dans la collection L’Art régional en France.

Dans la vaste demeure familiale de Raon-l’Étape, il rassemble mobilier, faïences et livres lorrains. Malheureusement, en 1944, la plus grande partie de ces richesses disparaît dans un incendie accidentel allumé par les troupes américaines. Ce qui a été sauvé des livres de Charles et Georges Sadoul constitue un fonds à la bibliothèque municipale de Saint-Dié.

A Raon-l’Étape, dont il est conseiller général du canton de 1919 à son décès, il fonde et préside un comité cantonal d’hygiène sociale, doté en 1923 d’un dispensaire. Dès 1920, s’appuyant sur le comité américain des régions libérées, il avait fait ouvrir une consultation de nourrissons.

Membre de la plupart des sociétés savantes de Lorraine et de divers organismes culturels, il avait reçu la Légion d’honneur des mains du Maréchal Lyautey le 27 mars 1930.

Il est inhumé à Raon-l’Étape le 17 décembre 1930.

De son épouse Anne Claude, il a cinq enfants, dont deux garçons : Paul, professeur à la faculté de médecine de Nancy, et Georges, historien de cinéma (voir à ce nom), et trois filles.


Bibl. : Le Pays Lorrain, 1931, p. 5-71.
Ohl des Marais (A).- Histoire chronologique de la Principauté de Salm, p. 235.
Baldensperger (F.).- Charles Sadoul, in Revue Lorraine illustrée, 1931.


[Albert Ronsin].