Biographie vosgienne

Georges SAVOURET
 
  Nouvelle recherche
 

Dictionnaire des Vosgiens célèbres

SAVOURET (Georges), professeur, résistant, ethnologue
La Bresse, 31 août 1909 – Épinal, 18 novembre 1988


Son grand-père était scieur de long à Damblain, son père instituteur puis directeur d’école à Bussang, puis à Épinal à partir de 1924 ; Georges Savouret continue l’ascension sociale : il devient professeur de lycée mais il sera aussi une grande figure de la vie sociale, politique et culturelle du département.

Il fait ses études secondaires à Épinal et commence à la faculté des lettres de Nancy à suivre les cours d’histoire et de géographie. Il est nommé instituteur à Remiremont, achève sa licence d’histoire et géographie et soutient un diplôme d’études supérieures sur l’habitat rural vosgien en même temps qu’il participe aux mouvements sociaux qui aboutissent au Front populaire en 1936, dont il est l’animateur à Remiremont.

Mobilisé en 1939 près de Saverne, il est de retour dans les Vosges en 1940 et prend à Épinal un poste de professeur. En 1943, il organise le N. A. P. (Noyautage des administrations publiques) qui regroupe divers réseaux de la Résistance. Il se cache sous le nom de Dubac puis d’abbé Duménil dans un couvent de Ludres, puis à la cure de Dogneville. À la Libération, en septembre 1944, il est président du comité départemental de Libération des Vosges et pendant quelques jours fait fonction de préfet du département, mais il choisit de rester dans l’enseignement.

Il entre au conseil municipal d’Épinal, où il siégea 20 ans au sein du groupe socialiste. Nommé chargé de cours à la faculté des lettres, il y enseigne la géographie et notamment les résultats de ses recherches nouvelles sur la glaciologie. Mais il préfère les Vosges et revient au lycée d’Épinal où il professe jusqu’en 1969.

Georges Savouret est aussi dans les Vosges mêlé de très près à tous les mouvements de loisirs populaires nés de la fermentation de 1936. Il est le fondateur et le président, durant 40 ans, de la fédération des Amis de la Nature dans le département et il s’emploie à en multiplier les sections, aménageant des chalets de montagne pour faciliter le contact avec la nature.

Passionné par tous les problèmes de la civilisation rurale et par l’ethnologie des Vosges, il amasse une documentation considérable qui nourrit ses publications : La Vie pastorale dans les Hautes-Vosges (Nancy, 1985), Vosges : ethnographie, paysages et relief (dans Vosges, encyclopédies régionales Bonneton – Paris, 1987), Villages des Vosges et Cadres de la vie quotidienne (dans Les Vosges à la Belle Époque, Barembach, 1982 et 1983).

Marié à une professeur d’éducation physique, il a trois enfants.

Officier des palmes académiques, médaille d’or de la Jeunesse et des Sports, Croix de guerre 1939-1945, Georges Savouret était chevalier de la Légion d’honneur depuis 1952 et officier depuis 1987.


Bibl. : La Liberté de l’Est, 19 novembre 1988.
L'Est Républicain, 19 novembre 1988.


[ Albert Ronsin ].